French

Qui nous sommes

CPC-Canada rassemble des gens qui croient que le droit canon de l’Église catholique nous a donné, à nous ses membres, le droit et la responsabilité de suivre notre propre conscience en matière de morale, même si nos convictions personnelles vont à l’encontre des enseignements de l’Église. Le recours à des méthodes artificielles de contrôle des naissances et l’obtention d’un avortement peuvent tous deux constituer un choix moral. On peut faire confiance aux femmes pour prendre des décisions qui appuient le bien-être de leurs enfants, de leurs familles et de la société, et qui assurent leur propre intégrité et leur santé. Et même les Catholiques qui croient que l’avortement est immoral dans toutes ou presque toutes les circonstances peuvent encore en appuyer le caractère légal : nous vivons dans une société pluraliste et, en tant que Catholiques, nous ne voulons pas tenter d’imposer nos croyances à d’autres personnes douées de raison.

Pour de plus amples renseignements sur Catholiques pour choix et pour obtenir une liste des publications disponibles, visiter le site: http://www.catholicsforchoice.org

Informez-vous sur la campagne “See Change

Pour nous joindre :
Catholiques pour choix

CFC-C

217 Albany Ave.,
Toronto Ontario M5R 3C7

Courriel : info@catholicsforchoice.ca

Que fait CPC-Canada?

CPC-Canada est essentiellement un groupe d’action sociale.
Nous sommes des Catholiques pro-choix qui peuvent se prononcer sur les droits de la personne en matière de reproduction et sur la primauté de la conscience individuelle. La position de l’Église catholique sur l’avortement et le contrôle des naissances ne reflète pas les convictions morales de la plupart de ses membres. Malgré cela, l’Église tente d’imposer ses vues sur les institutions publiques et sur les lois et les politiques sociales, tant dans notre pays qu’à l’échelle internationale.
Il est essentiel qu’un groupe catholique pro-choix existe, afin de démontrer que la hiérarchie de l’Église catholique ne reflète pas les points de vue de la majorité de ses fidèles.

Voici quelques-unes des activités récentes de CPC-Canada :
BILAN DE LA SITUATION CINQ ANS APRÈS LA QUATRIÈME CONFÉRENCE INTERNATIONALE DES FEMMES (BEIJING 1995)
Ce bilan a lieu en juin 2000, et le Vatican, qui siège à l’ONU à titre d’observateur, tentera de s’allier à d’autres groupes religieux de droite pour ébranler le consensus sur les droits des femmes qui a été atteint à Beijing, lorsque 189 pays se sont entendus sur une plateforme et ont exprimé à l’échelle internationale leur engagement à l’égard de l’égalité, du développement et de la paix pour toutes les femmes du monde.
CPC-Canada sera là pour encourager la délégation canadienne à tenir tête aux manoeuvres du Vatican. Un groupe de travail de Toronto communiquera aussi avec les médias pour diffuser le message que la plupart des Catholiques ne sont pas d’accord avec les tentatives du Vatican pour entraver les progrès en matière de droits des femmes.

LA CAMPAGNE « CHANGER LE STATUT DU SAINT-SIÈGE »
CPC-Canada appuie la campagne « Changer le statut du Saint-Siège », par laquelle on demande que soit révoqué le statut spécial que l’ONU accorde au Vatican, à l’exclusion de toute autre religion. L’Église catholique devrait faire valoir ses vues en tant qu’organisme non gouvernemental, comme toutes les autres religions, et non pas à titre d’État.

www.seechange.org


CONTESTER LE DROIT DU TORONTO CATHOLIC SCHOOL BOARD D’UTILISER LES ENFANTS POUR RAMASSER DE L’ARGENT POUR UN GROUPE ANTI-AVORTEMENT À L’HALLOWEEN
Le Toronto Catholic School Board, répondant à l’appel du Vatican, a décidé de mettre fin à son appui à l’UNICEF (le Fonds des Nations Unies pour l’enfance) à l’Halloween. Au lieu de permettre aux enfants de « courir l’Halloween » avec une boîte de dons de l’UNICEF, le Toronto Catholic School Board a accepté de distribuer aux enfants des boîtes pour recueillir de l’argent pour « Aid to Women ». CPC-Canada a dénoncé cette décision et a dévoilé que « Aid to Women » n’est rien d’autre qu’un groupe anti-avortement dont les membres harcèlent et intimident les jeunes filles et les femmes qui tentent de se rendre à une clinique offrant des services légaux d’avortement au centre-ville de Toronto. L’appellation « Aid to Women » est trompeuse et, sans l’information fournie par CPC-Canada, les personnes prêtes à faire des dons le soir de l’Halloween auraient pu penser que leur argent était destiné à un refuge pour femmes. En fait, un bon nombre des membres des directions d’école et du personnel enseignant avaient précisément cette fausse impression.

FUSION DES HÔPITAUX PUBLICS ET CATHOLIQUES
En raison de la réduction accrue des fonds affectés aux services de santé, on constate une tendance à fusionner l’administration des hôpitaux, ce qui veut souvent dire que le conseil d’administration d’un hôpital catholique peut exiger que des services autrefois dispensés par un hôpital public soient annulés (avortement, counseling en contrôle des naissances, distribution de condoms).
CPC-Canada s’est joint à des coalitions pour faire pression auprès du gouvernement pour qu’il assure le maintien de ces services de santé essentiels en matière de reproduction et de sexualité.

L’avortement est-il légal au Canada?

Depuis 1988, il est possible d’obtenir un avortement légal au Canada.

Il existe bien sûr des lois qui veillent à ce que les avortements soient dispensés dans un environnement médical sûr par un personnel médical qualifié, que ce soit dans un hôpital ou dans une clinique autonome (c.-à-d. une clinique non rattachée à un hôpital). L’avortement est une procédure médicale qui est couverte par les régimes provinciaux d’assurance-santé. Malheureusement, toutes les Canadiennes n’ont pas un accès égal à l’avortement. Cette triste réalité est attribuable, en grande partie, aux groupes de pression anti-avortement, dont plusieurs sont encouragés par l’Église catholique. Par exemple, il est absolument impossible d’obtenir un avortement dans la province de l’Île-du-Prince-Édouard, ce qui oblige les jeunes filles et les femmes de cette province à se rendre en Nouvelle-Écosse pour obtenir les services dont elles ont besoin.

Qu’est-ce que la population canadienne pense de l’avortement?

Sondage après sondage, on constate que les Catholiques du Canada ont plus ou moins la même attitude au sujet de l’avortement que la population canadienne dans son ensemble. Environ 10 % d’entre nous estimons que l’avortement n’est jamais justifié et qu’il devrait être absolument interdit. Environ 30 % d’entre nous estimons que l’avortement devrait être disponible en tout temps, quelle que soit la raison. Et le reste d’entre nous croyons que la décision d’avoir ou non un avortement devrait appartenir à chaque femme, son partenaire et sa famille, en consultation avec son médecin.

Bien qu’il s’agisse d’une question délicate, voire pénible, et que nous souhaitions que nulle l’ait à l’envisager, nous devons accepter le fait que l’avortement soit parfois nécessaire, et qu’il faut donc offrir ce service médical de façon sûre, légale et accessible.

(Rapport du sondage Gallup, 1993 rapport du sondage Angus Reid, 1992)

Il est évident qu’un nombre considérable de personnes qui se définissent comme Catholiques rejettent de nombreux aspects de la doctrine de l’Église, comme les sondages l’ont montré et comme nous, Catholiques du Canada, le savons très bien.

À CPC-Canada, nous défendons le droit d’une personne d’être en désaccord avec un précepte de l’Église tout en demeurant Catholique. Les enseignements de l’Église devraient éclairer notre conscience, et non dicter nos décisions morales.

Comment puis-je adhérer à CPC-Canada?


CPC-Canada n’est pas un groupe constitué de membres. Cependant, toute personne ou tout groupe peut s’y associer en s’abonnant à « Conscience », un bulletin trimestriel pro-choix (disponible en anglais seulement).

Vous pouvez communiquer avec CPC par courriel à :

Catholiques pour choix

CFC-C

217 Albany Ave.,
Toronto Ontario M5R 3C7

Téléphone : (705) 768-2514
Email: info@catholicsforchoice.ca

Informez-vous sur la campagne “See Change